Le DAB+ maintenant disponible à Lille et dans les Hauts-de-France !

 

C’est le 19 juin 2018 que tout l’écosystème de la radio dans les Hauts-de-France (et même au-delà) s’est réuni à la CCI Grand Lille pour inaugurer le lancement du DAB+ dans plusieurs zones du Nord et du Pas-de-Calais. 

En tout, ce sont 51 radios qui sont désormais disponibles en qualité numérique dans les Hauts-de-France, autour des villes de Lille, Lens, Douai, Valenciennes, Dunkerque et Calais. Parmi elles, 36 sont nouvelles dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais.

En tant que fabricant historique de la radio numérique en Europe, Pure était présent lors de ce lancement majeur qui relance le déploiement du DAB+ en France, après les lancements à Paris, Marseille et Nice en 2014. Cette fois, c’est parti pour de bon grâce à l’impulsion du CSA, puisque Lyon et Strasbourg profiteront aussi du DAB+ avant la fin de l’année, et bien d’autres villes suivront en 2019 et 2020 !

Ils étaient nombreux à être venus assister à la conférence de presse du lancement du DAB+, durant laquelle se sont exprimés à tour de rôle Patrick Hannon (Président du WorldDAB), Alain Liberty (Président du SIRTI, Syndicats des Radios Indépendantes), Christophe Pasquier (Délégué National du SNRL, Syndicat des Radios Libres), Bérénice Ravache (Directrice de la station FIP), Cécile Mégie (Directrice de la station RFI) et Nicolas Curien (Conseiller du CSA, Président du groupe de travail « radio »).

 

Alain Liberty, Président du SIRTI

Pour Alain Liberty, l’arrivée du DAB+ à Lille marque le vrai lancement de la radio numérique en France, tant il est vrai que les lancements de Paris, Marseille et Nice avaient été très peu médiatisés il y a 4 ans. Pour le Président du SIRTI, à l’heure où la neutralité d’Internet est remise en cause aux Etats-Unis, le DAB+ a toute sa légitimité pour exister et s’imposer comme une vraie alternative viable face à la radio IP.

Même son de cloche du côté du SNRL, la gratuité et l’anonymat sont deux piliers essentiels de la radio que le DAB+ permet de préserver.

Pour la station de radio FIP, qui est de retour à Lille après avoir quitté ses ondes FM en 2000, et  la station RFI qui n’était disponible qu’en région parisienne sur le territoire métropolitain, leur lancement en DAB+ marque un tournant important.

Nicolas Curien du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel)

Nicolas Curien du CSA est venu réaffirmer sa volonté de poursuivre l’accélération du déploiement du DAB+ sur le territoire français. Les zones autour de Lyon et de Strasbourg seront ainsi couvertes avant la fin de l’année 2018 (on parle de septembre et octobre), ce qui permettra au DAB+ de toucher 20% de la population française, déclenchant ainsi pour les fabricants de radios l’obligation d’insérer une puce DAB+ dans tous leurs postes.

Nicolas Curien a présenté à nouveau son plan du noeud et des arcs qui se concrétisera après les lancements des zones de Rouen, Nantes, Toulouse et Bordeaux, prévus en 2019. 15 nouvelles villes s’ajouteront ainsi aux zones couvertes. Un appel à candidature sera également lancé prochainement pour deux multiplex nationaux, qui permettront à 26 radios d’être captées sur les grands axes autoroutiers. Ce qui ne manquera pas d’intéresser enfin les grands groupes privés de radios. En 2020, 70% de la population française devrait être couverte par le DAB+. Pour Nicolas Curien, « la France est en retard, mais il n’est pas trop tard ! ».

Les journalistes présents à la conférence n’ont pas manqué de questions à poser aux intervenants, dont voici quelques réponses remarquées.

« La FM disparaitra sûrement un jour, mais il n’y a pas d’urgence, laissons le DAB+ s’installer et se faire une notoriété avant, et il s’imposera ensuite. Pour le moment, il représente une offre complémentaire à la FM ».

« 8% des Français seraient équipés en radios compatibles DAB+, le développement passera en outre par l’équipement des voitures ».

« Pour le déploiement français, il est important d’aller au plus rentable dans un premier temps, pour donner un élan au DAB+ ».

« Du côté de Radio France, après FIP à Lille, la station Mouv’ devrait arriver à Strasbourg à la rentrée ».

« Diffuser en DAB+ coûte environ 500 € par mois pour une petite station indépendante, ce qui est raisonnable, mais cela se cumule avec le coût de diffusion en FM, environ du même montant ».

«  De nouveaux appels à candidature seront lancés à Paris, Marseille et Nice prochainement ».

Le chanteur Dave était présent pour apporter son soutien au DAB+

Le grand hall de la CCI Grand Lille accueillait une scène pour lancer officiellement le DAB+ et de nombreux fabricants de radios numériques étaient présents pour faire la démonstration de leurs postes de radio.

Pure a ainsi présenté sur son stand les différentes gammes de son catalogue de radios numériques tels que les iconiques Evoke H3, H4 et H6, les portables Move T4, Move R3 et Elan BT3, ainsi que les modernes Pop Midi S et Pop Maxi S ou encore le radioréveil Siesta Rise S.

La cérémonie de lancement du DAB+ s’est conclue à midi avec le branchement symbolique d’une prise jack géante, marquant le démarrage des retransmissions des émissions en numérique dans la région des Hauts-de-France.